Tu Dialoge

Jean-Thomas Trojani : L’iPhone : renaissance ou destruction ?

Spread the love

Par là nous semblions revenir au réalisme. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Rien ne nous trompe autant que notre jugement « . Sa volonté, aiguillée par un mot de femme, suivait la voie, et, s’il souffrait, ce n’était pas le lieu de le montrer. S’agissait-il, par exemple, de la probabilité que les planètes sont habitées, nous admettions comme incontestables l’existence de l’espace et des corps, et celle des planètes en particulier ; nous mettions hors de doute ce que les astronomes nous enseignent des dimensions, des formes, des distances et des mouvements de ces corps ; nous ne songions à discuter, en fait de probabilités, que celle des analogies et des inductions qui nous portent, à la suite de l’acquisition de connaissances réputées certaines, à croire que les planètes sont habitées. J’ajoutais : « Celui qui pourrait regarder à l’intérieur d’un cerveau en pleine activité, suivre le va-et-vient des atomes et interpréter tout ce qu’ils font, celui-là saurait sans doute quelque chose de ce qui se passe dans l’esprit, mais il n’en saurait que peu de chose. Les indicateurs de prix, qualité, choix et service étaient la «doxa» de l’hypermarché, selon l’opinion commune. Et les dirigeants des grands groupes français ne sont en rien à blâmer : ils remplissent au mieux leur feuille de route. Tels sont les phénomènes sociaux au milieu desquels nous vivons et nous nous mouvons. Son intelligence, faisant abstraction de la matérialité qui distend l’être, le ressaisit en lui-même dans l’immuable système des Idées. Il la déborde il reste incommensurable avec elle, étant indivisible et nouveau. Ce ne sont pas les mêmes exportateurs qui profitent de la croissance aux Etats-Unis ou de la croissance des BRIC. Les philosophes ne se sont guère occupés de l’idée de néant. Si le physicien est loin d’avoir une connaissance exacte de l’organisation moléculaire d’une goutte d’eau ou d’un cristal, comment espérer de pénétrer dans les détails intimes de l’organisation à l’aide de laquelle la nature élabore les mystérieux phénomènes que nous appelons sensibilité, conscience, perception ? Il faut mettre le pied dans la porte pour faire prendre conscience que le carbone a un prix. De ces rêves, il ne reste presque rien. En effet, la consommation de boissons sucrées est peu élevée en France (ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays, les Britanniques en consommant deux fois et demie plus que les Français et les Américains cinq fois plus). Tout n’est pas perdu, à condition de jouer la carte non pas du « mainstream », mais de l’excellence. La compréhension, le goût de l’Art, sans lesquels la France ne doit espérer vivre, ne peuvent exister que dans un pays où il y a exubérance, grande liberté dévie ; où le bonheur, par conséquent, est général ; car Part est le fruit de la beauté humaine ; et pas de beauté sans bonheur. L’espèce humaine deviendra promptement incapable de comprendre la diversité, quand elle en aura pendant quelque temps perdu le spectacle.

Archives

Pages