Tu Dialoge

Antonio Fiori : Ne craignez pas un krach obligataire !

Spread the love

La fièvre saisit donc les acteurs de ces pays – consommateurs, entreprises et même gouvernements – qui bénéficient à la fois d’une chute des coûts de financement induite par un afflux de liquidités, et d’une hausse notoire de leur niveau de vie allant de pair avec l’escalade de l’ensemble des valorisations. La bonne nouvelle, c’est qu’il ne s’agit pas d’une fatalité. Néanmoins, une telle politique serait inflationniste et reporterait les pertes sur les détenteurs de monnaie. Il y a lâcheté, en effet, à croire à l’efficacité des réformes. Ce serait lui demander encore de s’en tenir à une mani­pulation de concepts. C’est une conscience qui s’est déjà, virtuellement, reconquise sur elle-même. En organisant le rire, elle accepte la vie sociale comme un milieu naturel ; elle suit même une des impulsions de la vie sociale. À Washington, comme à Bruxelles et dans les capitales européennes, on rivalise d’imagination pour renationaliser les dettes. C’est seulement parce que les institutions de notre pays sont un tissu de contradiction, qu’on y voit mettre en pratique des choses appartenant au système du gouvernement despotique ou paternel, comme on l’appelle, tandis que la liberté générale de nos institutions empêche d’exercer le contrôle nécessaire pour rendre la contrainte vraiment efficace comme éducation morale. Car, dans l’hypothèse, il y aura pour le choléra une marche et une allure générales, qui ne seront pas modifiées ou qui ne subiront que des modifications d’un ordre secondaire, selon les dispositions des populations ou des individus accidentellement soumis à son invasion : comme la marche et l’allure du mistral ne dépendent pas sensiblement des circonstances accidentelles qui ont amené telle ou telle molécule d’air dans la région où ce vent domine. En résumé, si la physique moderne se distingue de l’ancienne en ce qu’elle considère n’importe quel moment du temps, elle repose tout entière sur une substitution du temps-longueur au temps-invention. Je le demande, cela ne veut-il pas dire : Peuples modernes, vous feriez bien mieux de n’être pas esclaves et d’en avoir. Pourquoi donc ne sort-il rien de nos Assemblées législatives ? Elle est pourtant aussi le siège de quelques mauvais esprits capables de poser de grosses questions naïves. Nous n’avons plus besoin de photographes, puisqu’aujourd’hui chacun peut prendre des photos. Si le Criticisme et le Positivisme paraissent ne pas suffire à ce que demande l’intelligence, on ne voit pas qu’ils suffisent davantage à ce que demande le cœur. Léandre oubliait vite avec Héro l’effort déployé pour traverser l’Hellespont ; il n’eût pas pu oublier Héro dans les bras d’une autre amante. Nous n’entrerons pas dans le détail de ces variétés. L’hypothèse de la stagnation séculaire est inquiétante, car si elle est vraie, il y a peu de raisons de croire que les choses vont s’améliorer par elles-mêmes. Si donc vous retranchez la raison, l’intelligence, la pensée, que reste-t-il ? Les vieilles institutions de l’Église, de la Famille et de l’État existent encore ; leurs piliers vermoulus sont anxieusement étayés par les malheureux dont l’esprit infirme et lâche craint l’écroulement de prisons qu’ils sont descendus à aimer, et par les aigrefins qui ne peuvent exercer les hideux métiers qui les font vivre que dans la pénombre des abattoirs d’âmes. Une telle liaison entre croissance et emploi défit les régularités historiques et impliquerait un recul tendanciel de la productivité. Et puis, cette crise n’est pas la première, et les militants européens savent que l’Europe se construit par les crises, et par les réponses qu’elle leur oppose. Dans l’ordre des conceptions abstraites, il y a pareillement lieu d’observer cette réciprocité des rapports, inconciliable avec la notion d’effets et de causes proprement dites. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois  » L’homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille ». L’homme s’efforce de plus en plus de trouver pour sa vie une base rationnelle matérielle. En effet, dans sa Communication du 22 février dernier, la Commission européenne note que « Il y a lieu de renforcer la régulation du marché unique au niveau de toute l’UE en renforçant significativement les pouvoirs et l’indépendance de l’ACRE dans ses tâches de régulation au niveau européen, afin qu’elle puisse superviser efficacement le développement du marché intérieur de l’énergie et les règles qui le régissent, et traiter toutes les questions transfrontalières qui doivent être réglées pour mettre en place un marché intérieur homogène. Mais la vie quotidienne en offre mille autres qui ne sont pas moins significatifs. Il est vrai que la vue et l’ouïe vont au-delà des limites du corps ; mais pourquoi ? Essayons, un instant, d’en faire une multiplicité.

Archives

Pages